95 – David  » Aujourd’hui, je ne gère plus des bénévoles de l’Afev, je gère des avocats » – AFEV Ile de France

ACTUALITÉS david newsletter

Published on février 5th, 2018 | by afevidf

0

95 – David  » Aujourd’hui, je ne gère plus des bénévoles de l’Afev, je gère des avocats »

david newsletter

 

David, ancien volontaire de l’Afev Val d’Oise, Lauréat de l’Institut de l’Engagement 2017

« Aujourd’hui, je ne gère plus des bénévoles de l’Afev, je gère des avocats ! »

David :

« J’ai été volontaire l’an dernier à l’Afev sur le Val d’Oise. Ma mission était de trouver et d’accompagner les bénévoles qui s’engageaient sur Cergy. J’ai aussi animé des ateliers à  Argenteuil au collège Eugénie Cotton auprès de 3ème sur la question de l’orientation. Il y a deux ans, j’ai aussi été bénévole sur la ville de Pontoise. J’ai connu l’Afev à l’Université de Cergy-Pontoise. Je venais d’arriver en France, une ambassadrice de l’Afev m’a abordé pour me dire que l’association organisait des temps d’information sur le bénévolat et des temps de rencontre, j’y suis allé et j’y suis toujours.

Quelles étaient tes motivations au début de ton volontariat ? Je voulais être utile, apporter quelque chose à quelqu’un. Je ne voulais pas rester dans mon coin !

As-tu trouvé dans ton volontariat ce que tu cherchais ? Oui ! J’ai tellement appris ! J’avoue être nostalgique en repensant à tous ces moments ! Tous les jours les missions étaient différentes, on ne s’ennuyait pas ! L’équipe Afev était vraiment comme une deuxième famille. D’ailleurs je suis toujours en contact avec eux. Quand on est volontaire à l’Afev on l’est à la fois pour l’année en cours, mais aussi pour toutes celles à venir.

Souhaites-tu nous partager un bon souvenir ? Il y en a tellement ! Tous nos bons souvenirs ont été transformés en hashtag, je les conserve dans un cahier. De temps en temps il m’arrive de les regarder, certains me font toujours autant rire. C’est drôle comme le temps passe vite en bonne compagnie. J’ai eu la chance de rencontrer Madame Annick Girardin, Ministre des Outre-mer lors de la troisième édition du Campus Outre-mer. J’y ai représenté l’Afev et expliqué les actions que nous menions et les raisons de mon engagement.

Aujourd’hui, que deviens-tu ?  Aujourd’hui je suis assistant juridique en alternance. Je travaille dans un cabinet d’avocat. Mon rôle consiste à assister les avocats, à gérer administrativement les dossiers du cabinet. Je contacte les tribunaux, les greffiers, les huissiers et tout autre auxiliaire de justice susceptible d’être utile dans le cadre des affaires que nous gérons au sein du cabinet. Je rédige les courriers, organise les déplacements des avocats.  J’ai aussi monté un projet de création de prêt à porter masculin, que je mène en parallèle. Je continue tout de même à m’investir dans le milieu associatif, mais à une toute autre échelle, j’ai récemment rejoint le conseil départemental de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

Ton expérience de volontaire t’a-t-elle servie dans ton parcours professionnel ? Oui. Mon volontariat de service civique a fait la différence dans les entretiens. Les autres candidats n’avaient pas d’expérience de terrain et sortaient de l’université. De mon côté j’ai su valoriser les compétences que j’avais acquis dans mon volontariat qui me servent aujourd’hui en tant qu’assistant juridique : gestion et montage de projet, planification, organisation dans des délais courts. Tout le suivi des bénévoles et des familles de l’Afev m’a aussi servi. Par exemple accueillir, créer un lien de confiance, être à l’aise dans le contact téléphonique…  C’est un grand plus, car un assistant doit savoir être sociable, prendre des initiatives. Cela m’a permis d’être à l’aise dans mon métier dès le départ. Aujourd’hui, je ne gère plus des bénévoles au quotidien, mais des avocats.

Et dans ton parcours personnel ? Oui j’ai beaucoup évolué. Je ne suis plus du tout la même personne. Je suis plus ouvert, sociable. J’ose parler aux gens. J’ai plus confiance en moi, j’ose me lancer et faire des choses.

Tu as donc aussi développé un commerce en parallèle, comment t’y es-tu pris ? Oui, j’ai été Lauréat de l’Institut de l’Engagement en 2017 au cours de mon volontariat de service civique à l’Afev. Cela m’a permis de me lancer dans la création de mon « E-commerce » et j’ai déposé ma marque : DeeDee Town, c’est en quelque sorte mon emprunte, mon monde. Je crée les vêtements que je dessine.

Comment as-tu été accompagné dans ce projet ?  L’institut de l’engagement m’a donné les moyens de réfléchir à mon projet, de rencontrer des chefs d’entreprises qui ont partagé leur expériences avec moi (réussites ou échecs) et m’ont conseillés. C’est à ce moment que j’ai rencontré Jean-Marc Barki, mon parrain. C’est une personne que j’apprécie beaucoup. Il est toujours présent et me soutient constamment. J’ai énormément de chance de l’avoir à mes cotés. J’ai aussi été en relation avec  Initiative 95 qui m’a mis en lien avec des incubateurs de la ville de Cergy. J’ai pu suivre des formations et conférences sur le e-commerce, la création d’entreprise et l’élaboration du business-plan.

Qu’as-tu prévu pour l’an prochain ? Je pense retourner à l’université et poursuivre mes études, en présentiel ou à distance je ne sais pas encore. Je continuerai mon commerce, et recommencerai le bénévolat !

Propos recueillis par Estelle Rose le 30 janvier 2018

Lauréats de l'Institut de l'Engagement 2017

Tags: , ,


About the Author



Comments are closed.

Back to Top ↑

Pin It on Pinterest

Shares
Share This