ACTUALITÉS DFGBGVBJDFGJKFHJDFHVJDFHGVJDFNJFV

Published on avril 2nd, 2019 | by Volontaires Paris

0

Le Ciné-Débat des DéKAPSuleurs

Qui dit Ciné, dit film et qui dit Débat, dit discussion (merci captain obvious :D)

Pour leur deuxième événement, les DéKAPSuleurs nous conviaient Mardi 19 Février dans leur “salle de convivialité” – une grande salle commune située au rez-de-chaussée de la résidence Crous dans laquelle vivent les étudiant.e.s Kapseur.se.s – pour assister à la projection (sur un gigantesque drap blanc) du film A mon âge je me cache encore pour fumer.

Mais au fait, qui sont les DéKAPSuleurs ? C’est une coloc’ de kapseur.se.s dont le projet collectif vise à proposer des animations et évènements à destination des étudiant.e.s du 18ème en général, et de celleux vivant dans les résidences Crous du quartier la Chapelle en particulier. L’idée étant de favoriser la rencontre entre les étudiant.e.s de ce quartier.

Pour resituer le contexte du film, l’histoire se passe à Alger en 1995 et plus précisément *roulement de tambours*……. dans un hammam ! Ce lieu où les femmes se réunissent pour leur toilette peut aussi faire office de champ de batailles entre les opinions divergentes : d’un côté la tradition et de l’autre la volonté de s’occidentaliser.

Après le film, et une petite pause grignotage concoctée par nos ami.e.s kapseur.se.s, place au débat. La discussion tourne d’abord autour du contexte particulier de l’Algérie des années 1990, que certain.e.s participant.e.s connaissaient plutôt bien. Le film se déroule pendant la guerre civile algérienne, ou des groupes armées islamistes affrontent les forces du pouvoir en place. Une époque donc marquée par de nombreux attentats terroristes, des fusillades, des pertes humaines considérables. Posé ce contexte, la discussion s’oriente par la suite sur la condition des femmes. On a notamment parlé de leur place dans le monde du travail, et du fait que l’accès au travail soit une revendication pour celles qui souhaitent avoir plus de liberté. Mais on a aussi parlé du travail en général en évoquant le fait qu’être une femme au foyer est une contrainte car elles sont obligées de le faire mais qu’en réalité c’est un métier comme les autres.

Enfin bref, un débat intéressant et constructif. D’autant plus qu’il fut bien alimenté par les connaissances de chacun.e.s. Quel plaisir de débattre avec des étudiant.e.s ! Il faut d’ailleurs souligner la réussite de cet évènement en terme de mobilisation : ils.elles étaient nombreu.se.s à ne pas vivre dans la résidence, ni même dans le quartier, à s’être déplacé.e.s pour participer à ce Ciné-Débat. Nous étions en effet une trentaine dans la salle. On aura pu apprécier chaque minute de ce moment merveilleusement organisé par les DéKAPSuleurs, un moment de partage, d’écoute et de réflexion (comme on les aime), bien rafraîchissant. On espère pouvoir de nouveau y avoir droit très bientôt, on vous tient au courant !

Bonus – Attention Spoiler !

Ce qui est vraiment incroyable avec ce film c’est sa capacité à nous en faire voir de toutes les couleurs. Un coup, on rigole parce que l’ambiance est légère dans le hammam lorsque les femmes discutent loisirs et font des blagues. Elles essayent par exemple de vanter les qualités de femme au foyer d’une amie à une marieuse qui approche dangereusement de la trentaine (ok dit comme ça c’est pas super drôle mais la scène était vraiment marrante). Puis, d’un coup, on est là, scotché sur notre siège devant ce mari qui rentre tout juste de sa journée de travail et qui s’empresse de se jeter (littéralement) sur sa femme! Ou bien cette dame âgée qui raconte à ses amies comment s’est déroulée son mariage et sa nuit de noce, alors qu’elle n’avait que 11 ans (spoiler : son histoire ne se termine pas bien T-T).

Mais au delà des sentiments que l’on peut ressentir ce film traite de sujet et de réels problèmes en Algérie à cette époque. On peut par exemple parler du sexe et plus particulièrement de la masturbation qui est un comportement assumé pour les hommes mais tabou pour les femmes. En effet, même si on peut voir des femmes en parler pendant le film elles restent gênées et ne connaissent que peu le sujet, on comprend qu’elles n’abordent jamais ce thème. On peut d’ailleurs noter que le sujet est encore tabou, l’Algérie n’étant qu’un exemple pour un bon nombre de pays dans le monde.

Tags: , , , , , , ,


About the Author



Comments are closed.

Back to Top ↑

Pin It on Pinterest

Shares
Share This